Une expérience singulière au cœur du Parc transfrontalier du Kgalagadi

Fusion de l’ancien Parc national du Kalahari Gemsbok (Afrique du Sud) et le Parc national Gemsbok (Botswana), le Parc transfrontalier du Kgalagadi est le fruit d’un grand projet porté par Nelson Mandela. D’une superficie de 38 000 km², le site séduit ses visiteurs par ses paysages dunaires et sa faune exceptionnelle. On s’y rend pour vivre une expérience mémorable à travers des safaris. 

Les choses à savoir pour réaliser l’expédition en toute sérénité

On peut accéder au parc transfrontalier du Kgalagadipar 5 portes d’entrée issues de 3 pays (l’Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana). Les passeports ne sont pas indispensables pour y entrer, sauf si le départ est prévu par une autre porte d’un autre pays. Si vous accédez au site depuis la porte de Two Rivers (Botswana), des contrôles d’immigration sont à effectuer à votre sortie. 

Pendant l’exploration, il convient de respecter quelques règles. Notamment, il est interdit de donner à manger aux animaux. Vous ne devez pas également cueillir des plantes. En outre, l’utilisation de drones n’est pas autorisée. Et lors des safaris en 4×4, il faut respecter la vitesse maximale de 50km/h dans le parc et 20 km/h dans les camps. À noter que la conduite hors-piste est aussi interdite. 

Un atout non négligeable pour les deux pays et les touristes

L’union des deux paysages merveilleux a donné le premier parc transfrontalier sud-africain. Que ce soit depuis l’Afrique du Sud ou du Botswana, le site offre une expérience inédite aux visiteurs en quête d’aventure au cœur de la nature africaine. Si les autorités ont beaucoup appris de cette fusion, les vrais gagnants sont les touristes. Ceux-ci pourront, depuis l’année 2000, passer entre les deux parcs, et donc entrer dans les deux contrées sans passeport. À noter que cette gestion de l’écologie en tant qu’unité entre dans le cadre de la préservation de l’entrepôt désertique des animaux et des plantes. 

Ce parc transfrontalier du Kgalagadi est comparable à la Central Kalahari Game Reserve, mais offre une toute autre expérience. Il s’agit d’un paysage de dunes et de sable orangé. Toutefois, la faune et la flore ne sont pas loin. Si le transfrontalier est parmi les sites touristiques les moins fréquentés du Botswana, il offre une immersion garantie dans le Kalahari. 

La visite du parc du côté du Botswana s’adresse aux expérimentés

Une bonne préparation est nécessaire pour visiter le parc transfrontalier depuis le Botswana. Effectivement, si les structures sont bien développées du côté sud-africain, ce n’est pas le cas au Botswana. Alors que les campements sont élémentaires et rustiques, les infrastructures hôtelières n’y existent pas. Par ailleurs, le circuit constitue une expédition dédiée aux voyageurs expérimentés en conduite de 4×4 et en brousse. De même que la fin de la saison des pluies posent un souci pour ces véhicules à cause des graines des graminées qui poussent et se trouvent au niveau du radiateur. Pour les autres types de touristes, il est judicieux de se fier à un tour-opérateur connaissant bien la région.  

Les selfdrivers sont invités à trouver des guides référencés avant de se lancer. Certains guides du botswana prestige voyages couvrent les deux parties du parc. Mais pour éviter toutes mauvaises surprises, il convient de s’approcher du bureau des parcs nationaux à Gaborone ou à Maun pour avoir plus de renseignements. Ce sera également l’occasion de réserver les campements. Sachez que les meilleures périodes pour partir à l’aventure sont de novembre à mars, pendant la saison des pluies, mais aussi au début de la saison sèche, d’avril à juin. Par ailleurs, les écarts de température entre le jour et la nuit sont plus marqués au sud. Si les nuits sont souvent glaciales, la chaleur bat son plein pendant les journées. 

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *